L’assurance entre loi islamique et droit positif : l’exemple des droits français et libanais PDF, EPUB

Après cela, la Maison de Ma’an a été remplacée par la Maison de Shihab.


ISBN: 2919211412.

Nom des pages: 253.

Télécharger L’assurance entre loi islamique et droit positif : l’exemple des droits français et libanais gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

L’assurance islamique, ou takaful, qui est apparue dans les années 1970, est un sujet d’actualité, tant en France qu’au Liban. Les sociétés d’assurance islamique voudraient opérer dans ces deux pays dont le droit des contrats, comme celui des entreprises sont dominés par l’idée de laïcité. Peut-on exercer une activité que se veut régie par des principes religieux dans des pays de droit positif laïc ? La police takaful est-elle une police d’assurance à l’instar de la police d’assurance conventionnelle ? Les sociétés takaful sont-elles des sociétés d’assurance au même titre que les sociétés d’assurance conventionnelle ? Certes, les éléments constituant le contrat d’assurance conventionnelle se retrouvent dans la police takaful, à savoir le risque, la prime et la prestation d’assurance. Ces deux contrats d’assurance couvrent les mêmes risques, sous réserve des objets et évènements considérés comme haram et prohibés par l’islam. Quant aux sociétés d’assurance takaful, elles peuvent prendre les mêmes formes que les sociétés d’assurance conventionnelle. Mais leur fonctionnement diffère de celles-ci, en raison de leur structuration en deux fonds distincts et d’un mode opérationnel qui leur est propre. Le contrôle de la conformité à la charia islamique marque les compagnies d’assurance takaful et les distingue fortement des sociétés d’assurance conventionnelle. Il s’agit sans doute du principal obstacle à leur réception par le droit positif. Mais il doit pouvoir être surmonté. Mots-clés : Assurance, Assurance islamique, usure, pari, aléa, Entreprise d’assurance, Entreprise d’assurance islamique, charia islamique, droit positif.

Près de 23% étaient des étudiants étrangers, contre environ 75% en 1974-1975 avant le début de la guerre civile dans le pays. Ils se proclament eux-mêmes shaykhs (personnalités pieuses), imams (chefs de prière), ou muftis (administrateurs de tribunaux religieux) de leur propre autorité. Paradoxalement, la perception de la menace chiite n’était pas dissipée par la puissance militaire du Hezbollah, même si le parti se comportait avec un mélange d’orgueil et d’arrogance.

Les consultations de la charia entre les clercs régissent les biens de consommation que l’observateur musulman est autorisé à acheter, à servir à autrui, à consommer ou à boire, et à porter (par exemple, une ceinture de porc, qui est interdite). Cela ne peut pas être une loi en Occident, car elle va à l’encontre des valeurs morales de l’égalité où, par défaut, tous les frères et soeurs sont traités de la même manière, sans distinction de sexe. Dans notre cas, nous avons identifié environ 10 000 immigrants en France ayant des antécédents familiaux comme Joolas et Serers, deux communautés ethnolinguistiques distinctes du Sénégal (22). Parce que les chrétiens étaient majoritaires, ils ont reçu une part dominante du pouvoir politique et des avantages sociaux.