Organisation internationale du travail et le travail decent un agenda social pour le multilateralism PDF, EPUB

Conclusion Références ARTICLES DE COTATION Le travail des Global Unions peut être divisé en trois domaines principaux (Croucher et Cotton, 2009).


ISBN: 2296561888.

Nom des pages: 140.

Télécharger Organisation internationale du travail et le travail decent un agenda social pour le multilateralism gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

En 1999, le Directeur Général du Bureau International du Travail présente son rapport intitulé « Un travail décent ». Dix ans après, cette expression figure partout : du simple rapport du Bit aux objectifs du millénaire pour le développement, en passant par le G20. Une coalition inédite de syndicats et d’Ong internationaux, « l’Alliance pour le travail décent », organise une campagne transnationale de soutien à l’agenda de l’Oit. Comment rendre compte des évolutions et en analyser la portée ?

Le flux ne dispose cependant pas d’une base de données d’informations sur les performances du projet. Nous essayons dans la section suivante d’utiliser les théories des relations internationales pour comprendre cette tension. Revue de l’économie politique internationale Volume 21, 2014 – Numéro 2 Publié en ligne: 3 mars 2014.

Conclusion Références ARTICLES DE COTATION Cette étude applique un cadre de relations internationales et la notion d’organisations multilatérales comme moyen de comprendre la nature de l’internationalisme syndical et les conditions dans lesquelles il opère. Les groupes K (Snidal, 1985) sont des sous-groupes qui sont suffisamment petits pour que les avantages de la coopération entre leurs membres l’emportent sur les coûts, et dont l’action collective permet un accord sur la politique et la pratique. La loi unifiée fournit des solutions pour les accords de sécurité sociale dans une région où un accord multilatéral traditionnel n’est peut-être pas réalisable. Les représentants des États-Unis et d’Israël ont quitté la réunion. La Chambre des représentants des États-Unis a par la suite décidé de retenir des fonds.